[Tag] Book Fangirling

Bon. A la base, je veux éviter d’envahir mon blog d’apartés et de tags pour qu’il garde sa ligne directrice (je m’amuse beaucoup à faire des tags hein ! Ne me comprends pas mal ! Mais j’aimerais essayer de les disperser un peu entre mes critiques de livres pour que ce soit vaguement rangé par ici : je suis encore au stade bébé-blog, où j’ai des principes et de grandes idées, dans six mois ce sera le chaos et tu pourras rigoler). Mais voilà ! Je suis en vacances, au beau milieu d’un pavé de près de 900 pages, j’ai quand même envie de te parler et j’ai des tags en attente. Alors on sera organisés plus tard, pour l’instant j’ai envie de profiter de mes vacances pour écrire des choses plus légères ! Je répondrai aux différentes nominations de Liebster (2e édition, déjà, les réponses des questions des réponses de mes questions, tu vois le principe) la semaine prochaine, et aujourd’hui je m’attaque au Book Fangirling, puisqu’une charmante mésange m’a fait le plaisir de me nominer.

  • Livre papier ou numérique ? Pourquoi ? 🙂

Papierpapierpapierpapierpapier. Parce que je me rends compte que je lis différemment sur écran ou sur des pages. Je comprends parfaitement tous les arguments de la liseuse, c’est pratique, ça prend peu de place, on a tous les livres qu’on veut instantanément, on peut en lire plusieurs en même temps sans s’encombrer, la luminosité est adaptable, on peut lire dans le noir, patati patata. Mais le fait est que mon propre plaisir de lectrice repose dans une combinaison de tout un tas de paramètres : j’aime observer mon avancée dans l’épaisseur du livre, j’ai tendance à lire vite au début et à la fin pour me retrouver rapidement dans le tiers du milieu, parce que je trouve ça confortable d’avoir le même poids de chaque côté, je suis sensible aux différentes polices, tailles, mises en pages, etc. etc. Du coup, au-delà de mes arguments purement pratiques (1. Quand je lis c’est justement pour me détourner des écrans, 2. j’essaie d’avoir le moins possible d’objets qui se reposent sur une batterie, parce que je suis du genre tête en l’air et avoir mon LIVRE qui tombe en panne parce que j’ai oublié de le recharger, ce serait un drame absolu), la liseuse me prive d’une grande partie de mon plaisir de lecture, je me retrouve seule face au texte et tout l’emballage a disparu. Alors je lutterai pour garder mon papier jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de choix (et j’ai pas encore de clavier tactile sur mon téléphone, alors fais-moi confiance, je sais lutter).

Oui, je sais, c’est une longue réponse, je t’ai déjà parlé de mon incapacité à faire des réponses courtes, et par-dessus le marché c’est un débat que j’ai régulièrement avec mon père qui adore me provoquer en me disant que le papier est mort, alors j’ai eu l’occasion de réfléchir à la question.

  • As-tu commencé un livre que tu n’as pas fini car c’était vraiment pas ta tasse de thé? Lequel? Ou un livre que tu détestes?

Haaaha. Abandonner un livre, ça c’est vraiment mon problème. Quand j’avais 7-8 ans, je me suis retrouvée avec un livre qui s’appelait « Sale temps pour un dinosaure ! », que j’avais emprunté à la bibliothèque, et qui s’est avéré être un bouquin explicatif des phénomènes météo. Eh bien je l’ai fini, c’était terriblement long, je m’en souviens encore, et tout ce que j’ai appris (ou retenu, du moins) c’est que les gouttes d’eau ont en réalité une forme de hamburger. Voilà voilà.

Non, en soi, c’est rare que je tombe sur un livre que je déteste vraiment. Les deux souvenirs qui me viennent en tête c’est le 3e tome d’Eragon (pas taper!) que j’ai trouvé horriblement long, au point que je lisais un autre livre en même temps (chose qui ne m’arrive jamais) et que je m’encourageais genre « Allez ! Tu lis 30 pages d’Eragon et après t’as le droit de lire l’autre », et les deux premiers tomes des Chroniques du Nécromancien, que j’ai fini par lire en diagonale tellement j’ai détesté. Je crois que j’ai fini le deuxième en 40 minutes, pour un bouquin de 600 pages je te laisse imaginer le rythme (parce qu’évidemment, j’avais acheté deux tomes d’un coup, et tenu à « lire » le deuxième « pour le principe »). Ca n’a aucun sens, aucune subtilité, les personnages sont vides, le suspense est terriblement mal géré, c’est bourré de clichés, on est sur un combo vraiment impressionnant.

  • Quel est ton type de romans préféré?

Mh, j’ai des lectures plutôt éclectiques. Je lis vraiment peu de romances depuis que je suis sortie de l’adolescence, mais en-dehors de ça je peux me tourner vers plus ou moins tous les genres, et j’aime varier mes lectures et alterner entre polar, roman et fantastique. Donc je dirais que mon type de romans préféré, c’est celui qui me surprend : soit par une histoire vraiment originale, soit par une forme qui sort de l’ordinaire, soit en jouant avec mes émotions.

  • Quel est ton écrivain favori?

Dur dur dur. C’est rare que je suive vraiment l’oeuvre d’un écrivain, à moins qu’il en ait écrit très peu et à ce moment-là c’est difficile de juger de son talent. Par exemple, j’ai lu les trois premiers thrillers de Gillian Flynn et elle a une intelligence dans sa construction qui me plaît beaucoup, mais je ne peux pas dire qu’elle est mon écrivain favori parce qu’au final, je me base sur trois livres. Et à l’inverse, j’ai adoré tout ce que j’ai lu de Haruki Murakami, mais je n’ai lu qu’un quart de sa production, alors peut-être que je détesterai le reste (probablement pas, hein). Et que dire de Harper Lee, qui a écrit un chef-d’oeuvre (et dont je n’ose pas lire le deuxième et dernier roman de peur d’être déçue) ? Finalement, je crois que je vais changer mon fusil d’épaule et répondre Fabrice Colin. C’est la première fois que j’en parle ici, ça peut surprendre, j’ai des raisons très précises qui font que je me sens toujours en confiance quand je lis un de ses livres et je te prépare un petit dossier qui expliquera tout ça alors je vais éviter d’en dire trop ici.

  • Quel est ton premier roman? As-tu aimé le lire?

Je me suis gratté la tête un moment, j’ai appris à lire très tôt et j’ai toujours eu un livre dans les mains depuis, donc c’est difficile à dire. Mais si on oublie les livres pour enfants, les albums, les BDs et compagnie, et qu’on pense au premier livre de plus d’une centaine de pages, je crois (sans grande originalité) que c’était Harry Potter 1, parce que j’ai souvenir que mon père me le lisait le soir avant de dormir, donc je suppose que c’était encore un tout petit peu trop compliqué pour que je le lise toute seule. Bon, j’ai déjà commencé à creuser ma tombe en critiquant Eragon alors j’aimerais éviter d’en rajouter une couche, je ne vais donc pas trop m’épancher sur le sujet : oui évidemment, j’ai adoré, je l’ai relu une dizaine de fois, j’ai attendu impatiemment la sortie de chaque tome, j’ai reçu tout un tas de produits dérivés comme le puzzle, le jeu où il faut faire léviter la balle, les jeux vidéo, les DVDs, la poupée Hermione, etc. etc., je voulais porter des lunettes depuis que j’étais tombée sur une publicité pour des lunettes qui écrivent HP sur les verres quand il y a de la buée, alors je lisais secrètement la nuit avec la lampe de poche pour me fatiguer les yeux (ça a marché, hein, mais un peu tard, merci quand même mini-moi). MAIS. J’étais tellement fan et j’attendais tellement de la fin de cette saga, et malheureusement j’ai pas aimé les 50 dernières pages du dernier tome et j’avais trop investi pour laisser passer ça, du coup je me suis fâchée toute rouge, j’ai tout renié en bloc et je ne lui ai jamais vraiment pardonné. J’aime toujours Emma Watson, parce que c’est pas sa faute, mais il m’a fallu vraiment longtemps avant de songer à relire les livres, maintenant je commence à me dire qu’il y a prescription et que je pourrais leur redonner une chance. Ca me fait quand même de la peine, parce que je n’ai pas gardé cette nostalgie, mais bon, c’était ma première vraie déception (pire qu’une déception amoureuse), j’ai dû rompre avec une oeuvre qui m’a passionnée et vu le déni incroyable qui a suivi, il faut croire que c’était pas simple. Alors ne sois pas déçu, maintenant je suis de nouveau capable de dire que c’est une grande saga, j’ai juste pris mes distances. (J’ai vraiment l’impression de parler d’une rupture amoureuse).

Bon, je ne veux pas finir là-dessus, alors même si ça n’a rien à voir avec le tag (tout fout l’camp!) je t’offre une petite musique de fin que je ne pourrai jamais placer nulle part et qui me met en joie (si quelque chose peut détourner ton attention de ma critique d’Harry Potter, c’est bien ce monsieur en costume de pastèque) :

Publicités

24 commentaires sur “[Tag] Book Fangirling

Ajouter un commentaire

  1. J’adore ton intro mdr ! A la base avec Kara, on essayer de pas trop faire de tag non plus mais on s’y est remise il y a pas longtemps parce que c’est quand même sympa (et les gens aiment bien les lire)
    Je suis comme toi pour le papier, tout pareil ! Par contre, j’ai complètement foi en l’avenir du livre papier. En France (pas pareil aux US ou Angleterre), on est trèèèèèès loiin derrière au niveau du numérique (genre 3% du Chiffre d’Affaire de l’édition il y a trois ans, ça a pas du beaucoup augmenter). Et puis c’est pas comme si les éditeurs faisaient beaucoup d’effort pour améliorer tout ça. Donc bref, le papier ne va pas disparaître de si tôt !
    Ah je connais pas mal la technique de la diagonale, j’avais fait ça pour certains classiques genre La Peau de Chagrin qui m’avait laissé très perplexes au lycée. J’ai du mal à de pas finir un livre moi aussi bien que des fois ça m’arrive quand même mais je préfère me dire que je fais une « pause » lol.
    Je pense que ça intéressera Kara ton article sur Fabrice Collin, elle en a lu deux qu’elle a PAS AIME du tout lol.
    Kin

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’ai entendu dire que la mode du numérique s’était stabilisée, ça ne prend pas trop le dessus sur les livres pour l’instant 🙂 C’est plutôt une bonne nouvelle, je trouve bien qu’on ait le choix sans que l’un prenne trop le pouvoir sur l’autre 🙂
      Ahhh je me réjouis de le sortir ! 😉 Je peux parfaitement concevoir que ça ne plaise pas à tout le monde hein, et je ne pense pas que ce soit le plus grand écrivain de tous les temps, mais il a des démarches qui me plaisent beaucoup (to be continued haha) 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Je crois que c’est bon je ne me force plus du tout à lire les livres que je n’aime absolument pas… Fay aura eu ça de bien que j’ai réalisé que non, perdre son temps pour un livre c’est hors de question TT
    Je suis tellement d’accord avec toi quand tu dis que le livre c’est un vecteur d’émotion !
    C’est trop triste pour HP ! Je n’ai pas du tout aimé la fin non plus, j’étais pro voldemort mais quand j’ai vu que J.K Rowling avait été un peu forcée de faire une happy end ça m’a un peu « rassurée ».

    Aimé par 1 personne

    1. Haha sans être spécialement pour une victoire de Voldemort, j’ai vraiment cet arrière-goût amer que Harry était censé mourir (et ça aurait été une fin tellement juste et amenée depuis longtemps et cohérente) et qu’elle a finalement pas osé, alors elle a préféré sortir un magistral « ta gueule, c’est magique » et le ressusciter out of nowhere. Alors justement, moi ça ne me rassure pas de me dire qu’elle a été « forcée », pour moi être écrivain c’est être artiste, et c’est censé être quelque chose de noble, de pur, surtout si tu arrives à en vivre, et vu l’argent et la notoriété qu’elle avait déjà, se sentir « forcé » de modifier son histoire pour ses fans ou son éditeur ou dieu sait quoi, c’est renier son art. C’est très utopiste comme point de vue, et le fond de ma pensée est un peu plus nuancé, mais j’ai mille fois plus de respect pour un George Martin qui tue des héros à la pelle sans s’inquiéter de l’opinion des gens, parce qu’il va au bout de son idée. Pour moi, elle avait bien assez de pouvoir sur tout le monde pour ne pas se laisser forcer si elle avait un idéal à atteindre pour son histoire 🙂

      J'aime

  3. Pour le numérique, je suis devenue non pas une inconditionnelle, mais trés favorable.
    Je suis très heureuse d’avoir ces centaines de bouquins à la maison. Cela prend beaucoup de place te la poussière, et pour tout dire, je n’en relirai que moins de la moitié.

    Avec le numérique, j’ai moins de scrupule à tenter des lectures, je peux me permettre d’acquérir davantage de livres, et me focaliser sur les livres que je veux vraiment en papier, donc du grand format.

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends tout à fait, et j’aimerais bien avoir un rapport plus rationnel à l’objet-livre parce que du coup je ferais probablement comme toi 🙂 Là je me retrouve à faire l’inverse, acheter uniquement des poche pour pouvoir les trimballer partout !

      Aimé par 1 personne

  4. Merci pour tes réponses vraiment complètes et très très sympa à lire.
    Même si je commence à apprécier le numérique, le papier possède un charme fou. 🙂
    Pour Harry Potter, j’ai eu le même sentiment que toi à savoir que la fin m’a paru très étrange mais bon après 7 tomes d’une qualité rare, j’ai su lui pardonner hihi.
    Des papouilles 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère lui pardonner un jour aussi, ça ne me fait pas plaisir de ressentir de la rancoeur pour une saga qui m’a accompagnée sur des années 🙂 merci encore à toi pour cette nomination ! Des bisous !

      J'aime

  5. Je suis assez d’accord avec toi sur la liseuse. J’en ai une et je m’en sers pas mal depuis quelque temps mais je remarque que je retiens bien de choses qu’avec un livre papier. Je suis gênée par l’absence de progression des pages, les pourcentages ne m’aidant pas tellement à visualiser si je suis à la fin ou pas. Et puis j’aime évaluer le nombre de pages que j’ai lu dans la journée. Un toc de lectrice je suppose 😉 Après en terme de police, il me semble qu’on garde celle que l’éditeur a choisi, si on le désire. Et enfin dernier point, faut quand même avouer que c’est bien pratique quand tu pars en voyage de ne trimballer que 180 grammes dans son sac, ça a été une véritable petite révolution dans ma vie de lectrice.

    Sinon (oui parce que j’ai lu le reste de tes réponses aussi, faut pas croire ;p), j’aime ta politique sur l’abandon des livres. J’arriverai pas personellement. Moi dès je trainaille et que je commence à me contrecarrer du destin des personnages, je passe à autre chose. Du fait j’abandonne assez vite.
    Enfin, si j’ai bien compris j’oublie Les Chroniques du Nécromancien, hein c’est ça ? x)

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr que c’est dans les voyages que mon père me nargue le plus avec sa petite liseuse toute légère 😉 Du coup ma parade, c’est de partir avec très peu de livres et d’en acheter sur place : comme ça c’est lourd, mais qu’un trajet sur deux haha
      Non mais si j’avais un rapport moins émotionnel au livre, j’adorerais probablement la liseuse !
      Ma politique sur l’abandon, elle se veut noble mais c’est parfois une grande perte de temps 😉 C’est pour ça que je m’autorise depuis quelques années à faire avance-rapide quand vraiment j’en ai extrêmement marre, parce que ce serait encore pire de rester bloquer des jours entiers sur un livre que je n’aime pas du tout. Et concernant les Chroniques du Nécromancien, je me contenterai d’illustrer mon propos par un exemple :

      Martris, le héros, a besoin d’une arme puissante et on lui bassine pendant 200 pages qu’il doit aller chercher l’épée sacrée dans une grotte terrible dont personne n’est jamais revenue parce qu’elle est gardée par un monstre horrible. Alors il a peur, il a peur, il a peur, au bout d’un moment tout le groupe arrive enfin à cette grotte, là on lui dit qu’il devra y aller tout seul, hein, alors tout le monde pleure et le prend dans les bras et lui fait ses adieux, et vient le moment de se séparer :
      page 1 : Il entre dans la grotte, il avance, il a peur, il fait sombre, il voit l’épée
      page 2 : le monstre apparaît, et lui dit qu’il est méga puissant et qu’il va mourir
      page 3 : Martris dit « Eh mais si je meurs, je vais rester collé à tes basques toute l’éternité et je vais jamais arrêter de t’emmerder, hohohoho », alors l’horrible monstre répond « Oh là lààà, nan alors, trop pas, tiens prends l’épée et casse-toi, affreux personnage »
      page 4 : Martris remonte avec son épée « chèrement gagnée », dort deux jours et on en parle plus.

      Et petite précision : ce n’est pas du tout un livre qui se veut comique. Je te laisse en tirer tes propres conclusions 😉

      J'aime

  6. Ca te dérange si j’explore tous les tags que tu as fait ? (ahem)

    Plus sérieusement, je ne vais pas revenir sur des choses simples mais sur lesquelles je suis d’accord (le papier !), mais juste une chose pour te rassurer : j’ai adoré la saga L’Héritage (Eragon) mais je confirme que le troisième tome était sacrément long et je pense que c’est le tome que j’ai le moins apprécié. (et le seul que je n’ai pas relu, aha) Donc il n’y a pas de « pas taper », personne ne te tapera 😉 (et pourtant, j’adore cette saga, mais ce défaut-là m’a beaucoup ennuyé aussi)

    Aimé par 1 personne

    1. Haha ! Fais, fais, c’est là pour ça 😉
      Ahh ben ça me rassure un peu ! J’ai encore de la peine à comprendre comment des gens qui ne lisent pas à la base ont pu dévorer ce pavé vu tout le mal que j’ai eu à le terminer 😉 Mais je reconnais que la saga a de bonnes idées, j’ai juste l’impression que l’auteur prend beaucoup trop son temps pour les mettre en place 🙂

      Aimé par 1 personne

Donne-moi ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :